Clip Officiel

« T’ajouteras (Clip Officel) dans le titre, ça fait mieux …  »

Jean Vital Joliat m’a écrit après notre passage au Coup de Coeur Francophone  en disant qu’il aimerait faire un clip sur ma musique.  On s’est donné rendez-vous dans un café pour jaser et le courant a passé.  Je lui ai filé le z’album.  Je pensais savoir quelle chanson il choisirait.  C’est effectivement la chanson qu’il a choisi.  On s’est pitché des idées pendant un bout.  Il parlait de quelque chose d’un peu documentaire, dehors, la nuit dans la neige.  Je lui ai proposé les rues d’Hochelag et du whisky.  On s’est serré la main.  Se sont jointEs au projet Benoît Jones-Vallée à la DOP et Sophie Bisping à la complicité.  On a attendu la neige comme des gaminEs attendent Noël et on a finalement tourné le soir le plus froid de janvier.

Fut une époque où je pouvais insérer une vidéo directement dans un article, mais les temps changent,  voici le lien vers le  Clip Officiel :

https://www.youtube.com/watch?v=JlT2BQcBT_8

Au plaisir !

S.

Écrit dans le ciel

J’ai laissé 2015 exatement à où je l’avais accueillis, au « Love Shack », le chalet de ma mère et de son amoureux dans le fond du bois près de Mont-Laurier.  En regardant le feu de joie brûler,  j’ai pris un moment pour refaire les grands titres de l’année et j’ai trouvé significatif de me retrouver justement là où Jean-Sébastien, Alex et moi on a enregistré le z’album. Le z’album est clairement la chose la plus marquante pour moi dans la dernière année.  C’est grâce au z’album qu’on a été choisiEs pour participer aux Francouvertes et ça été les 25 minutes de show les plus décisifs de ma « carrière »*.  En fait, l’accueil qu’on a eu aux Francouvertes m’a retenu de laisser tomber la musique pour aller faire pousser des légumes loin, loin de Montréal.  C’est encore une option à laquelle j’aime penser, mais j’ai envie de faire encore une couple d’album avant. on a d’ailleur commencéEs a  faire les plans du prochain. Faut pas s’énerver, c’est un loooong processus, mais la suite du z’album est en route.

La dernière année a été tout sauf reposante et pas que sur le plans musical. J’ai eu l’impression de vivre les septs travaux d’Asterix version émotions. Je pense que chaque année apporte son lots d’épreuves, mais la dernière année a été particulièrement éprouvante et pour beaucoup de mes amiEs aussi.  Des amies qui lisent les étoiles disent que c’était écrit dans le ciel; il y a je ne me souviens plus quel phénomème astrologique qui est venu foutre le bordel.  J’aime y croire.  J’aime croire que c’est écrit dans les étoiles.  J’aime penser que je n’ai qu’un control minimal sur la suite des choses.  C’est une idée absolument terrifiante aussi.

Je ne prévois pas beaucoup sortir pour le prochain mois.

Je vais jouer à Montréal le samedi 16 janvier à la coop Katacombes. Seule avec ma guitare pour rendre hommage à un bon ami que le ciel vient de reprendre.  Le but de la soirée est aussi de ramasser des sous pour couvrir les frais funéraires. Les détails sont ici.
J’ai écrit une chanson, je vais essayer de la chanter sans brailler.
Si vous avez quelques dollars d’extra et le désir de contribuer, il est possible de le faire en cliquant ici

Le 23 janvier, à Baie-St-Paul, c’est tous le band qui va jouer parmis une belle sélection de projets de la relève pour le Cabaret du Festif .  Les amies  ont touTEs dit que c’était vraiment trippant de jouer là-bas. On a ben hâte !

On a m’a dit que 2016 serait l’année de la baise
Je nous le souhaite collectivement.

Bon début de fin d’hiver !
xx

*Je pense que je met « carrière » entre guillemets parce que je n’assume ni le mot ni le concept.

CHOCHOTTES à Québec

 

marie et julie

2/3 de CHOCHOTTES; la Fêtée et la « Swaguée »

Ça, c’est les deux tiers de CHOCHOTTES, mon projet de funk/grunge/rock. Si le swag de celle qui tient une guitare vous est familier, c’est peut-être que vous étiez à la maison de la culture Maisonneuve le 6 novembre dernier et que vous avez reçu en pleine gueule son tone impecable et ses riffs de feu.  Julie et moi, on se connais depuis l’école secondaire et on a toujours fait du bruit ensemble. La première fois qu’on a jouer avec Marie-Ève on a vraiment, vraiment trippées. Comme si on avait jouer toutes les trois ensemble toutes notre vie.  Vers la fin de la soirée, Marie-Ève a dit quelque chose comme quoi elle était contente de voir qu’on jouait pas « comme des chochottes ». C’est instantanément devenu un running joke et, éventuellement, le nom du projet.  CHOCHOTTES sévit ponctuellement sur les scènes de la métropole depuis.
Vendredi dernier, on soulignait l’anniverssaire de Marie-Ève (photo) et  aussi la dernière répète avant notre premier show en dehors de Montréal.  C’est qu’on a été invitées à jouer à l’Anti de Québec vendredi prochain pour une soirée de « rock féminin ».  On aime pas tant l’étiquette rock/band/musique « de fille ». On est un groupe de musique, pas un groupe de filles, mais ça nous empêche pas d’être vraiment contentes d’aller jouer là-bas.
Les détails de la soirée sont ici.
Je suis personnellement  plus mal à l’aise avec le nom de la soirée (The sounds of Grrrl) que le concept. C’est que la référence directe au mouvement Riot Grrrl pour une soirée apolitique et organisée par un homme est vraiment problématique.  J’ai eu l’occasion d’en discuter avec l’organisateur et, comme dans la pluspart des cas, il n’y avait pas pensé. Ça aussi, en soit, c’est problématique. C’est essentiel de comprendre le mouvement (ou la culture) dont on emprunte le vocabulaire ou l’imagerie. Sans quoi, même avec toutes les bonnes intentions du monde, ça reste de la (ré)appropriation.
Ceci dit, il n’y a aucune animosité d’aucune part et on a touTEs très hâte à vendredi prochain.
Québec, tiens toi prête, CHOCHOTTES arrive !

 

Complétion

C’est vraiment chouette de jouer en femme-orchestre ( surtout quand je suis aussi bien reçu qu’au Petit Chicago à Gatineau ! ) les répètes sont faciles à gerer, les cachets ne se divisent pas, je peux changer la setlist à mesure et il y a toujours une petite magie dû à la proximité avec le public quand je suis seule sur scène.  C’est vraiment chouette de jouer en femme-orchestre, mais ce n’est jamais aussi grandiose que de jouer en groupe.
Je ne suis pas du type sociale, les gens avec qui je joue sont de loin les gens avec je passe le plus de temps, mais ça tombe bien parce qu’au-delà de leurs immense talent, ce sont des personnes que je connais bien, depuis longtemps et que j’aime profondémment.
Tsé, illes rient de mes jokes.
Julie Miron (guitares) est la dernière à s’être joint au projet, mais c’est loin d’être une « nouvelle ».  Julie et moi on faisait déjà du bruit dans le même groupe de rock il y a plus de dix ans et on fait encore du bruit dans le même groupe de rock aujourd’hui ( CHOCHOTTES ). Des ambiances sonores vaporeuses au gros crunch sale, Julie est une des guitariste les plus polyvalente et efficace que je connaisse.
Le show des Francouvertes au printemps dernier (c’est d’ailleurs le temps des inscriptions, je vous recommande l’experience ! ) était le premier show  que  Jean-Sébastien (batterie), Alex ( contrebasse) et moi on faisait après avoir enregistrer le z’album ensemble, c’était un peu la naissance du projet.  Sweet Grass nous avait prêter Alexandrine pour l’occasion, mais illes ont dû la reprendre.  Après avoir jouer en duo et en trio pendant l’été, la venue de Julie au sein du groupe donne une impression de complétion au projet et je suis excitée au delà des mots de présenter notre nouveau spectacle.  Quand la chimie d’un groupe est bonne, tout devient exponentielle; la puissance de la musique comme les émotions qu’elle transporte et je crois que j’ai fait quelque chose de bien dans une autre vie, parce que j’ai reçu dans celle-ci un groupe à la chimie incroyablement bien balancée. ..mais vous aurez l’occasion d’en juger par vous-même puiseque notre chimie et nous, on va être à la maison de la culture Maisonneuve dans  le vendredi 6 novembre. ( Tous les détails  ici.)

En attendant, je vous laisse sur ce portrait de famille croqué il n’y a pas si longtemps au cours d’une saison qui semble pourtant être un lointain souvenir, en esperant avoir vos oreilles à portée de guitare le 6 novembre !

Alex, Jean-Sébastien, Samuele et Julie

Alex, Jean-Sébastien, Samuele et Julie

S.

claque sonore

La semaine dernière, j’ai passé une heure dans le studio de CKUT avec la charmante Shannon Herrick pour l’émission Dykes on Mykes. On a discuté de  conciliation musique-famille, d’autographier des parties du corps et du Rock Camp for Girls, tout ça dans mon plus bel anglais et entrecoupé de quelques prestation ultra intimistes. Il est possible d’écouter l’émission (du 28 septembre) en cliquant ici.  Au cour de l’émission, j’ai parlé d’un spectacle en femme-orchestre le 29 octobre prochain à l’Espace Public (3632 Ontario Est).   Je vous invite ici, mais je nen reparlerais pas trop, c’est un petit truc pour tester des choses. Le gros truc, c’est le 6 novembre à la maison de la culture Maisonneuve dans le cadre des Coup de coeur Francophone et révèle la relève. Le band et moi, on vous prépare un 45 minutes de spectacle que je décrirais comme une grosse claque sonore au visage doublé d’un doux calin chaleureux.  J’ai très hâte de vivre ça avec vous.

Faire taire les démons

[déclancheurs: dépression, suicide]

Il parlait tout le temps.  Tout le temps.
Il parlait fort, c’est mon plus vif souvenir de lui.
Et son rire.
Il riait encore plus fort qu’il parlait.
Des grands éclats soulignés de tapes sur les cuisses.  « Ya, man ! »
Une fois, il a frappé un nid-de-poule en skate et il s’est cassé la machoire, il a eu la gueule vissée pendant des semaines, ça ne l’a pas empêcher de parler.  Sans cesse.  Il occupait tout l’espace avec sa voix et son charisme et ses grands gestes.
Il donnait un bon show.
Il avait toujours une clope au bec.
Le visage derrière la fumée, le petit baton blanc qui rebondi au rythme de ses lèvres; il parlait presque sans interruptions, se répétait des fois.
À des moments, j’ai trouvé irritant de partager l’espace avec lui.
Aujourd’hui, le souvenir de sa voix fait monter les larmes.
Aujourd’hui, je ne vois que les démons qu’il tentait de faire taire en parlant plus fort qu’eux.
Les démons profitent des silences pour rugir.
Il déjouait ses démons en occupant les silences.
Il les a déjoué longtemps, mais ils l’ont ratrapé.
Ils l’ont emporté.

Ça faisait quelques années qu’on était plus très proche, mais il était dans ma vie depuis tellement longtemps qu’il en faisait parti.
On a seché les mêmes cours,  tiré sur les mêmes joints, on est devenu parents en même temps.
La nouvelle de son départ m’a scié les jambes.

Aujourd’hui, c’est la journée de la prévenion du suicide.
C’est con que ça soit juste une journée.

Prenez soins de vos têtes, trouver la force de demander de l’aide.
La dépression, je ne sais pas si ça se guéri complètement, mais je sais que ça s’apprivoise.

Repose en paix, Darren.

**Suicide Action Montréal vient en aide au personnes suicidaires ou touchées par le suicide, 24/7 **

.

extraordinarité générale

L’été met  la chaleur dans nos corps et le chaos dans nos horaire La seule fois où j’ai sortie ma guitare de tout le mois c’est pour le rock camp for girls  où j’ai jouer en femme-orchestre pour les campeuses. J’était un peu rouillée, mais le coeur y était.  C’est de loin le meilleur public de l’univers ! J’ai aussi passé la semaine au camp comme bénévole et j’en suis encore une fois sortie le coeur enveloppé de doux. Quand j’entends le témoignage de campeuses  qui racontent comment leur participation au camp leur a donné confiance en elles , j’oublis les heures de travails et la sueur.  C’est de loin la chose la plus gratifiante.

femme orchestre
Sur une autre note et dans la catégorie « on aurait pas pensé que… »,  le vers d’oreille « La sortie » est le buzzNRJ du mois.  Oui, oui, NRJ comme dans  la station de radio commerciale.  En gros,  en synthonisant une des dix station NRJ pendant le mois d’août vous pouvez nous entendre promouvoir un mode de vie alternatif sur un air catchy entre deux annonces de char.  Vous avez 6 minutes à tuer ? Il est aussi possible de m’écouter être passionée et légèrement décousue à propos de tout sauf de ma toune ici.

Pas unE fan de radio commerciales  ? On ne vous blâme pas. Il est toujours possible d’écouter la chanson sans animation et sans publicité ici pour gratuit.

Mais le mieux c’est encore de venir tripper avec nous en spectacle et on vous propose quelques occasions ce mois-ci. D’abord  Alex et moi on sera à l’international des mongolfière de St-Jean-Sur-Richelieu le 12 août prochain (détails ici), puis le band sera au festival FAST  le 21 août (détails ici ) et puis on a été invité par la ferme coopérative aux champs qui chantent a aller célébrer la récolte en musique le 29 août.

En attendant, voici la très chouette  vidéo de notre passage à In My Garden.  Encore merci à l’équipe pour l’accueil et au public pour leur participation et leur extraordinarité générale !

Bon été à touTEs !
(n’oubliez pas votre crème solaire )

S.

cinéma sous les étoiles

La saison des spectacles extérieurs et des vacances est arivée. Jean-Sébastien, notre pilier du beat, est en vacances ( bien méritées ), mais on a plus d’un drummer dans notre sac; François-Michel Beauchamp , élite des baguettes, a accepté de se joindre à Alex et moi pour présenter un spectacle le 26 juin prochain au parc Laurier pour le lancement de la saison 2015 du Cinéma sous les étoiles présenté par l’incroyable gang de funambules médias.  C’est un honneur pour moi d’avoir été invité à apporter un brin de participation au projet.  La toujours pertinante programmation du Cinéma sous les étoiles nourri depuis 2011 la conversation citoyenne en abordant une diversité de problématiques sociales, politiques et environemmentales, le tout dans l’ambiance conviviale des parcs urbains.

Le spectacle (gratuit) commence à 19hrs suivi de la projection du court-metrage « La Ripaille » par Moïse Marcoux-Chabot et du documentaire  » Le prix à payer » (The Price We Pay).

Programmation complète du cinéma sous les étoiles  ici

Le tout est remis au lendemain en cas de mauvais temps.

Tadoussac

Finalement l’inspiration a écrire une chanson c’est une bête qui s’apprivoise, une divinité qui s’invoque, un truc qui peut se faire par exiprès.
C’est ce que je comprends à Tadoussac avec les chemins d’écritures.   J’apprends, entourée de personnes dont j’admire le talent et dans un décor paradisiaque, à me libérer l’imaginaire sur papier.  Comme jouer aux mots est un de mes jeux favori, c’est un bonheur pour moi de jouer toute la journée.  Ici, entre deux fous rire, on consacre notre temps à compter des pieds et des vers, à écouter, analyser, lire et relire des textes.
Ensemble.
C’est une expérience exeptionnelle que de partager le processus solitaire qu’est l’écriture.
J’aime aussi beaucoup jouer au spectacle et ça adonne que ça fait  parti du programme de présenter nos projet sur les scènes du Festival en chanson de Tadoussac.
Joie !

chemin d ecriture 2015

ROCK CAMP FOR GIRLS MONTREAL

J’ai découvert le camp de rock pour filles de Montréal il y a deux ans quand CHOCHOTTES a été invité à y jouer et c’est l’amour depuis. Le camp accueille des jeunes filles  entre 10 et 17 ans pour une semaine de camp de jour pendant laquelle elles apprennent un instrument ( guitare, basse, batterie, clavier ou voix), forment un groupe et écrivent une chanson qu’elles présentent à la fin du camp devant une Salla Rossa pleine à craquer. Le camp comprend aussi un paquet d’ateliers (histoire des femmes dans le rock, gérer son trac, faire sa propre merch etc)  et le tout est complètement auto-financé et coordonné par une formidable équipe de bénévoles. Le but n’est pas d’en faire des musiciennes accomplies ( quoique c’est l’fun quand ça arrive…), mais de favoriser l’estime de soi et l’empowerment  des jeunes en utilisant la musique et la création de groupe comme médium, le tout dans un environnement non-mixte. Je me plains à qui veut l’entendre que les femmes sont encore largement sous représentées sur la scène musicale et en m’impliquant au camp j’ai l’impression de joindre l’action à la parole. J’ai donc invité des gens du camp au lancement de vendredi. En plus de magnifiques personnes remplies d’informations sur le camp, il y aura deux pots, chacun associé à une chanson et vous serez invité à voter pour une chanson en déposant des sous dans le pot de votre choix. À la fin de la soirée, je joue la chanson qui aura ramasser le plus de sous et le contenu intégral des pots va en donations au camp.

Les deux chansons en lice sont les suivantes:

 

À vendredi,

Samuele