Depuis le jour où cette chanson m’est sortie du corps, j’ai eu envie d’y coller un clip super sexy représentant une forme ou une autre de BDSM*. C’est que ‘dis-moi’ parle de consentement et que c’est dans ma propre exploration du BDSM que j’ai vraiment compris le consentement, son langage et son impact.  J’y ai intégré le concept que la négociation des limites est une conversation continue que ça soit pour jouer avec des cordes ou pour naviguer une relation intime qu’elle soit polyamoureuse ou monogame. Cette conversation est un outil puissant pour explorer,  apprendre à nommer et repousser ses propres limites. C’est une reprise de pouvoir, une libération, une connexion intense à soi et à l’autre.  Sans consentement, le BDSM, n’est une cinquantaine de teintes d’agressions et c’est malheureusement sa version la plus largement représentée. Je ne pense pas révolutionner l’imagerie populaire avec ce clip, mais je crois qu’il répond quand même à un besoin criant de représentation non hétéro et consentante du BDSM.

Après avoir beaucoup aimé travailler avec Susanne Serres sur le clip de la chanson’Dactylo’ (Susanne y joue ma partenaire) et sachant qu’elle était avant tout réalisatrice, j’ai eu envie de lui donner les reines d’un éventuel projet.  Susanne a un talent particulier pour filmer les corps et leurs langages alors le choix d’une réalisatrice pour ce projet a été facile. Susanne a été tout de suite emballée par le projet et ça a été un bonheur pour moi de travailler avec une personne aussi talentueuse, efficace et à l’écoute. Le casting s’est aussi fait sans efforts puisqu’ Enbydea et Petitegars étaient nos premiers choix. Iels performent régulièrement ensemble et ont tout à fait la dynamique que l’on cherchait à capter. Iels ont été infiniment généreuxses avec l’équipe de tournage et le projet au complet a été une super belle aventure

Alors voici ce clip dont je suis particulièrement fier

*BDSM: Bondage, Discipline, Sado-Masochisme
‘Forme d’échange sexuel contractuel utilisant la douleur, la contrainte, l’humiliation érotique ou la mise en scène de divers fantasmes sexuels (…). Au centre des pratiques sadomasochistes et fondées sur un contrat entre deux parties (pôle dominant et pôle dominé), le BDSM fait l’objet de pratiques très variées.’
 Wikipedia

Pour une personne qui chante « dis-moi, dis-moi » je n’ai moi-même pas dit grand-chose dans les derniers temps. Je crois que ma soif de communiquer s’est pas mal étanchée au cours des nombreux spectacles et entrevues de la dernière année. Je suis en train de préparer mes valises pour une quatrième tournée européenne depuis la sortie de l’album « Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent. » en avril 2017. Tournées de plusieurs semaines entrecoupées de plus d’une vingtaine de mini-tournées québécoises. « Living the dream » comme on dit. C’est extraordinaire comme vie, je remercie le ciel à tous les jours de pouvoir les remplir de ce qui me passionne, mais le performeur en moi a besoin de prendre un peu de recul pour laisser l’auteur et le rêveur reprendre le dessus pour un moment. Ce EP, c’est la fin d’un cycle pour nous, c’est des chansons qu’on joue déjà sur scène depuis longtemps qu’on a eu envie d’immortaliser avant le début d’un nouveau cycle de création. Après cette tournée en France et en Suisse, dont je vais savourer chaque instant, il nous restera que quelques dates au Québec en novembre et, le 1er décembre à Lachine, aura lieu LE dernier spectacle de la tournée, le dernier tour de piste pour l’album. Après quoi je ne donnerai ni spectacles ni entrevues pour une période de six mois. Six mois de silence radio pour me remplir le corps et l’âme de ce qui vivra sur les pages de mes prochains cahiers. Six mois de pause aussi pour le band qui a travaillé très fort. Nous serons touTES officiellement de retour fin 2019, début 2020 avec un nouvel album qui commence déjà à tranquillement germer en moi.

Amour, solidarité et consentement

Samuele

L’été dernier, j’ai passé une fin de semaine dans un chalet avec une poignée d’amiEs et on est revenu avec un joli clip qu’on est très fièrEs de finalement partager avec le monde.  Pour cette aventure, Julia Marois, déjà l’oeil derrière les photos de presse, a fait équipe avec son talentueux cinéaste de frère Charlie Marois pour pondre un truc magnifique avec presque pas de budget. Les Marois forment une équipe impressionnante et sont dans ma vie depuis longtemps et je ne crois pas que j’aurais accepté de faire quelque chose d’aussi intime avec quelqu’un d’autre. Je suis aussi honoréE que l’incroyable réalisatrice et personne inspirante qu’est Susanne Serres ait accepté de jouer avec moi pour la caméra et que Marie-Hélène Touzin de BU Outfits ait assuré le stylisme. Seb Miron (monteur/coréalisateur du clip «La Sortie») a aussi été une aide précieuse durant le tournage.

Voici donc le doux clip pour la chanson «Dactylo», une histoire d’amour racontée du début à la fin par les mains. 

 

Et, en attendant que l’été revienne, Alex et moi s’en va présenter l’album de l’autre côté de la grosse flaque. (i.e. L’album sort en France.)
On vous en donnera des nouvelles.

Gardez vos petits coeurs au chaud.
xo
Samuele

On a fait notre premier tapis rouge.

Photo: Paméla Lajeunesse
Photo: Paméla Lajeunesse

C’est un drôle de truc. Pas mon truc mettons, mais ça reste foutrement intéressant. L’idée derrière les t-shirts c’est de dire qu’on ne comprends pas que des gens soit contre la venue de réfugiéEs chez nous. On entends des gens se plaindre de l’aide que l’on offre aux personnes réfugiéEs comme si cette aide-là leur était directement soustraite. C’est problématique de penser ça. Ce n’est pas les personnes réfugiéEs qui saccagent les réseaux publiques de santé et d’éducation, qui déplacent leur production à l’étranger ou qui profitent de l’évasion fiscale, ce n’est clairement pas eux/elles le problème.

J’ai aussi profité du bain de foule pour distribuer un zine sur le consentement. J’ai fait ça dans ma cuisine avec mon amie, c’est notre première offense en tant que ‘NULE’ et on a bien l’intention de récidiver. J’adore le zine comme moyen de partage des idées. Ça se passe de mains en mains, de bouche à oreille, ça se relit, ça se photocopie. C’est super organique comme patente.

Tout le monde va pouvoir mettre la main sur sa copie du zine ‘Consentement’ le 8 novembre prochain à la Salla Rosa (détails ici) mais d’ici là c’est possible de le lire ici:
Zine de Nule- Consentement

D’ailleur le 8 novembre, ça va être une belle fête. Il y a longtemps que le full band n’a pas joué à Montréal et le spectacle va être complètement interprété en LSQ (Langue signée Québecoise). C’est un projet qui m’allume beaucoup et vu la réponse que notre initiative reçoit, ça répond clairement à un besoin.

S.

Faque on va jouer sur le gros stage des Francos.  LE gros stage.
Dans notre gang, il y a juste Alex qui a déjà joué sur un stage de même. Quand il nous raconte comment c’est quand tu joues là-dessus, les basses fréquences qui te vibrent des pieds aux cheveux en ramassant ton sternum au passage et à quelle point le son est bien loud et défini pour les gens sur scène grâce aux ‘‘side fill’‘ (haut-parleurs sur les côtés de la scène qui projettent le son vers les musicienNEs), on est comme des gaminEs à l’heure du conte avec le menton sur les poings et des étoiles dans les yeux. Personne dans le band n’a de rêves de grandeur, mais on est touTEs vraiment excitéEs de faire un tour de piste sur un stage de cette envergure-là. Pour moi, c’est l’idée d’occuper autant d’espace sonore qui m’anime. C’est beaucoup de décibels au bout de mes doigts cette histoire-là et j’ai terriblement hâte de faire crier ma guitare comme s’il n’y avait pas de lendemain.

Et, par un hasard innommable, le show a lieu une journée super significative. Le 16 juin 2017 sera le 20ième anniversaire de décès de mon père. Donc voilà, 20 ans jour pour jour après son départ, je vais rocker le shit avec des gens que j’aime comme ma famille et ses guitares sur le plus gros stage ever. Je pense qu’il approuverait.  On a aussi choisi de reprendre une de ses chansons pour l’occasion. À notre façon.

Le band « version brass » et moi on vous attends donc sur LE gros stage des Francos vendredi le 16 juin à 18hrs pour joyeusement rocker le shit.

S.

Le band « formule brass » (J-S, Carolyn (qui remplace exceptionnellement Gabby qui peut pas être avec nous (Allo Gabby)), Alex, Samuele, Julie et Liz)