l’ordre des choses

Ça y est, on en est à choisir dans quel ordre les chansons vont être sur l’album. C’est terriblement excitant. C’est un peu difficile aussi. D’abord parce que l’ensemble est plutôt éclectique, mais surtout parce que je me retrouve confrontéE à l’aspect statique d’un album studio et que c’est loin d’être quelque chose de confortable pour moi. C’est vraiment sur scène, dans l’interaction avec mon environnement que je m’éclate le plus. Enregistrer une chanson c’est la figer dans le temps et ça me donne le vertige de penser qu’elle restera la même peu importe le contexte d’écoute, qu’elle n’interagira pas avec son environnement, qu’elle jouera entre les mêmes deux chansons à chaque fois que l’album sera jouer. C’est un bel exercice de lâche prise et de confiance pour moi et l’aventure devient un peu plus facile à chaque fois. Si c’est notre premier long jeu, ce n’est pas notre première aventure de studio, mais c’est la première fois qu’une solide équipe de professionnelles portent projet avec nous. C’est rafraichissant. On prépare tranquillement le lancement.  Je ne peux pas encore en parler, mais sachez que le produit fini tombera dans les bacs le 7 avril prochain.

fichier_000-1

Souvenir de studio.

Mis à part les personnes qui ont participéEs à la campagne de sociofinancement et qui recevront l’album AVANT TOUT LE MONDE, la seule façon d’entendre les chansons de l’album avant le 7 avril est de venir nous voir en spectacle. La prochaine occasion sera le 28 janvier prochain à la salle Claude Léveillé de la Place-des-Arts où Alex et moi serons en duo. C’est une petite salle intime et chaleureuse et j’ai envie de profiter du contexte pour essayer quelque chose de nouveau inspiré de mon expérience d’intervenantE pour le GRIS-Montréal. Le mandat du GRIS est de démystifier l’homosexualité et la bisexualité principalement auprès d’élèves du secondaire en allant en classe et en répondant aux questions des élèves en se basant sur notre vécu. C’est une formule qui fonctionne super bien en classe et j’ai envie d’essayer de pousser le concept un peu et de prendre le temps de répondre à une ou deux questions du public sur la pansexualité, le queer, les transidentités et le polyamour. On verra ensemble si c’est une bonne idée ou pas.
Vous pouvez acheter vos billets pour le spectacle ICI.

On se voit bientôt,
Restez bien au chaud
xox

S

Faire du bruit

L’album commence à prendre forme. C’est terriblement excitant. Il y a eu une longue période de stagnation pour cause de job alimentaire, mais le train reprend comme s’il n’avait jamais arrêter et c’est fabuleux.  On s’éclates vraiment sur ce projet-là, surtout Julie et moi et nos guitares à l’infini et puis l’addition d’une section de bois/cuivre apportes à la patente une intensité qu’on n’avait jamais encore atteinte. C’est terriblement amusant. J’ai hate de faire entendre tout ça, mais j’ai surtout hâte d’apporter ces tounes là sur scène! Alex et moi on aime beaucoup jouer en duo, mais l’energie du full band me manque terriblement, je m’ennui de faire du bruit.

Parlant de faire du bruit, je suis allé visiter le plateau de Belle et Bum la semaine dernière et je me suis sérieusement amuséE. L’équipe en or et le band de feu, tout le monde a été tellement accueillantE et agréable, pas que je m’attendais à me faire chier, mais j’ai été agréablement surprise par l’expérience. Le résultat dans vos TV ce jeudi 1er Décembre à 21hrs sur les ondes de Télé-Québec et en rediffusion le 3 décembre 20hrs.

dsc_1994-1

Belle et Bum, photo: Claude Dufresne

D’ici là, je suis de retour à Granby ce soir pour mélanger mes chansons à celles de Raphaël Denommé, très attachant bluesman avec qui j’ai vécu le festival et Amylie que je découvre comme personne et artiste. Son dernier album, ‘Les éclats’, dont elle signe la magnifique réalisation est d’ailleurs un bon remède à un automne gris et sombre. Pour ceux/celles qui suivent les galas de l’ADISQ, Amylie est la 10e femmes en 35 ans de gala a être nominée dans la catégorie ‘réalisation de l’année’. Je ne suis pas fan de gala, mais ça reste foutrement significatif. Il n’y a vraiment, vraiment pas beaucoup de femmes réalisatrice en musique et il n’y a aucune bonne raison pour ça. Vive Amylie  ❤

Et puis le jeudi 8 décembre au Touski à Montréal de 19hrs à 21 hrs aura lieu la deuxième édition du ‘Touski Folk’, une soirée mensuelle qui met en vedette des femmes et des personne sde genres non-conformes, leur musique et leur poésie. J’aurais le plaisir de pousser quelques chansons et de remettre les profits de la soirée au ‘Rock Camp For Girls’ qui est en ce moment en campagne de socio-financement pour mettre sur pied une programmation annuelle. Plus d’infos sur le camp et comment donner au projet ICI

À tout bientôt

S.

Granby, c’est Granby!

Fichier_000« Granby, c’est Granby. »
Le slogan qui veut toute pis rien dire.

J’ai beaucoup de choses à dire sur mon expérience au festival, mais on s’en parlera face à face, ça  ne se résume pas.

Ce qui se résume par contre, c’est l’extraordinarité des demi-finaliste. J’ai été super inspiré par la gang de créateursTRICES que j’ai eu le bonheur de côtoyer. Je veux souligner place et la parole prise par les femmes et applaudis par les hommes tout au longs des demi-finales.  C’était beau et solidaire.
Des 24 extraordinaires, le jury a choisi quatre projets qui se produiront encore vendredi. Mon projet fait parti des élus.
J’ai hâte.
Hâte de jouer, mais aussi hâte de rentrer, de digérer tous ça.
Granby, c’est intense de toutes les façons imaginables.

Dès le lendemain de la finale, le samedi 27 août à 18hrs, je retrouve mon bassiste d’amour, mon Alex chéri pour une heure de spectacle en plein air en face du metro Mt-Royal. En première partie de mon ami Joseph Edgar. Comme Alex joue aussi avec Jospeh, c’est un peu SA soirée.

Après, c’est le magasinage express des cartables, cahiers canada et autres stylos pour le retour à l’école de mon grand garçon que je n’ai pas tant vu grandir cet été et, bien sûr, je cours terminer l’album que j’ai si hâte de présenter.

Living the dream.

Exaltation estivale

{Exaltation: état de surexcitation psychologique habituellement associé à l’euphorie.}
En direct d’un hôtel Parisien, je m’enfarge sur les touches d’un clavier azerty en attendant de prendre le train pour St-Malo.  Demain soir, samedi et dimanche, je vais pousser mes chansons (et peut-être une ou deux reprises de Balavoine) à la maison du Québec à St-Malo  dans le cadre des week-ends de la jeune scène Québecoise.

La dernière fois que je suis venuE en France c’était en voyage avec Julie.  On avait 17-18 ans, nos sacs à dos, nos guitares et beaucoup d’enthousiasme.  On jouait dans les auberges contre un repas et dans la rue pour un peu de change. Pour la première fois la musique était un moyen de subsistance et c’était complètement exaltant.  Dix ans plus tard, alors que la musique est mon principal moyen de subsistance, je suis tout aussi exaltéE d’avoir reçu une première invitation officielle à venir jouer de l’autre côté de la grosse flaque.

Dès mon retour, à peine le temps de faire un saut au Camp de Rock pour filles de Montréal pour co-animer un atelier sur le son « live »et je reprends la route vers la Gaspésie cette fois. J’ai reçu une autre invitation exaltante, celle de faire la tournée découverte du ROSEQ.  La tournée devait couvrir la Gaspésie et la Côte Nord, mais on a dû reporter les spectacles sur la Côte Nord pour cause de conflit d’horaire.  C’est qu’à peine revenuE de Gaspésie, c’est vers Granby que je me dirige pour participer, parmi une vingtaine de beaux talents, au Festival Internationale de la Chanson de Granby  en tant que demie-finaliste.

Il  y a au moins un autre spectacle exaltant de prévu à mon retour de Granby, mais je dois garder le suspense pour l’instant.

D’ici là, la campagne Indiegogo est toujours en cours et je vous invite à contribuer et/ou propager la bonne nouvelle en cliquant ICI

En vous souhaitant un été rempli d’exaltation!

S.

Bands à gogo

À tous les ans, des groupes formés au hasard en pigeant des noms dans un chapeau ont un mois pour préparé leur version d’une poignée de chansons et les présenter devant une foule en délire. C’est le plus important évènement bénéfice pour le CAMP DE ROCK POUR FILLE DE MONTREAL en même temps d’être une effervescente célébration de l’héritage Riot Grrrl. Je suis terriblement excitéE de participer encore cette année et j’invite la terre entière a venir encourager nos efforts ce week-end au Bar le Ritz PDB.
13442328_1586462264985280_8125724318486955779_n

Et ce n’est pas tout!!

Le dimanche 10 juillet à 16hrs, LE BAND fait SA SEULE SORTIE PUBLIC DE L’ÉTÉ au très chouette Festival Diapason. On vous sort notre plus beau stoner-rock/blues-fusion pour GRATUIT spécialement pour l’occasion.

Le mercredi 13 juillet, Alex et moi on partage la scène du Ritz  avec Claude l’Anthrope, Helena Deland et Mon Doux Seigneur dans le cadre du jeune et fringant festival KickDrum Summer Marathon. Un dollard sur la vente de chaque billet  servira à soutenir le travail de USC Canada – Seeds of Survival.

Du 22 au 24 juillet, je vais être à St-Malo (!) pour les week-end de la jeune scène Québecoise. C’est un premier saut musical de l’autre côté de la grosse flaque pour moi et c’est terriblement excitant!

Et puis notre Campagne Indiegogo pour finir l’album est en route! Les choses se passes bien (merci!) mais on a encore beaucoup besoin de votre support. Une poignée de change ou passer le mot, tout les p’tits gestes comptes!  En échange, on vous offre de vous mettre l’album dans les oreilles avant le reste de la planète!
Wouhou!
Tous les détails sont ici :
https://www.indiegogo.com/projects/samuele-premier-album#/

Bon été!

S.

Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent.

La route d’artistes a été bonne ! Que des gens m’ouvrent leur salon et invitent  famille et amiEs pour un spectacle est un concept aussi chouette qu’il en a l’air. Les spectacles ultra intimes et familiaux au donnés place à un paquet de petits moment de magie, à un échange très different de celui qui se produit habituellement sur scène. J’ai particulièrement aimé la présence d’enfants qui apportent la même dose de spontanéité que des adultes bien altérés, mais en plus rafraîchissant…

Ce matin, je vie ma première expérience de paneliste. J’ai été approchée par une collègue du GRIS Montréal pour représenter la pansexualité dans le cadre de la journée de la visibilité lesbienne. J’ai parler un peu sur fb de comment le manque de modèles  a rendu mon processus de sortie plus difficile et qu’aujourd’hui j’ai choisi de devenir un modèle en partageant mon histoire avec des élèves du secondaire dans le cadre d’interventions avec le GRIS et avec la communauté lesbienne aujourd’hui.

Et puis après des semaines de préparation, le jour de l’enregistrement est enfin arrivé !
Tout de suite après le panel le band, beaucoup de stock et moi, on monte au chalet pour une semaine de pur bonheur. C’est la suite du z’album; le même chalet, le même lac, les même gens mais avec une personne (et pas la moindre !) en plus, avec des tounes en plus, avec du gear en plus, avec du temps en plus.  J’ai pensé appeler l’album « Plus de toute ! », mais finalement ça sera : « Les filles sages vont au paradis, les autres vont où elles veulent. »

Bon printemps
xx

S.

Pré-prod

La pré-prod, ou pré-production, est le travail en amont d’une production.
Dans le cas d’un album, c’est beaucoup de choses et des choses qui varient énormément d’un projet (budget) à l’autre. Pour nous, concrètement, la pré-prod c’est surtout enregistrer des versions préliminaires des chansons, des brouillons, avec lesquelles on a une bonne d’idée de ce qui marche et de ce qui manque. C’est la première fois que j’ai la chance (budget) de faire une pré-prod qui se peut. En plus de faciliter le travail qu’on aura à faire au moment d’enregistrer l’album, c’est une super occasion de travailler les running jokes du band.

Les dates d’enregistrement sont fixées; on fait ça en mai. S’isoler au chalet pour enregistrer le z’album fut un une expérience si fabuleuse qu’on a même pas chercher une autre idée, mais cette fois, on aura fait une pré-prod et on aura Julie « Feedback Tamer » Miron avec nous.

L’album ne sortira pas avant plusieurs mois encore, mais on va déjà avoir quelques nouveau morceaux de présentables pour notre prestation au Festival Vue Sur La Relève le 15 avril au Lion D’Or.   Alex et moi on va aussi présenter un petit quelque chose au spectacle-vitrine d’ouverture du Festival le 5 avril.

D’ici là, je vais aller pousser quelques chansons à la web-émission « On va tous mourir avant la fin« en direct du Medley le mardi 29 mars , je vais ouvrir (solo) pour les Hôtesses d’Hilaires à La Taverne de St-Casimir le 8 avril et pour l’Octopus au Pantoum de Québec le 23 avril.

S.

preprod mars 2016

En mode « pré-prod »

 

un vote par jour

Entre vous et moi, l’aspect « campagne électorale » du vote du public me rend un peu mal à l’aise, mais l’idée de jouer en final du Cabaret du Festif est assez plaisante pour se prêter à l’exercice.  Du 3 au 10 mars, tout le monde a la chance de voter une fois par jour pour le groupe (hum hum) qu’ille désir voir jouer en final ( et acceder à un paquet de beaux, beaux prix ).
Comme le dit si bien l’adage: « Un vote par jour éloigne le docteur pour toujours »
Je vous invites donc, vous et les vôtres, à partciper au vote internet pour la finale du cabaret du festif en cliquant sur le lien suivant : http://lefestif.ca/cabaret/vote-internet/

Merci !

S.

Clip Officiel

« T’ajouteras (Clip Officel) dans le titre, ça fait mieux …  »

Jean Vital Joliat m’a écrit après notre passage au Coup de Coeur Francophone  en disant qu’il aimerait faire un clip sur ma musique.  On s’est donné rendez-vous dans un café pour jaser et le courant a passé.  Je lui ai filé le z’album.  Je pensais savoir quelle chanson il choisirait.  C’est effectivement la chanson qu’il a choisi.  On s’est pitché des idées pendant un bout.  Il parlait de quelque chose d’un peu documentaire, dehors, la nuit dans la neige.  Je lui ai proposé les rues d’Hochelag et du whisky.  On s’est serré la main.  Se sont jointEs au projet Benoît Jones-Vallée à la DOP et Sophie Bisping à la complicité.  On a attendu la neige comme des gaminEs attendent Noël et on a finalement tourné le soir le plus froid de janvier.

Fut une époque où je pouvais insérer une vidéo directement dans un article, mais les temps changent,  voici le lien vers le  Clip Officiel :

https://www.youtube.com/watch?v=JlT2BQcBT_8

Au plaisir !

S.

Écrit dans le ciel

J’ai laissé 2015 exatement à où je l’avais accueillis, au « Love Shack », le chalet de ma mère et de son amoureux dans le fond du bois près de Mont-Laurier.  En regardant le feu de joie brûler,  j’ai pris un moment pour refaire les grands titres de l’année et j’ai trouvé significatif de me retrouver justement là où Jean-Sébastien, Alex et moi on a enregistré le z’album. Le z’album est clairement la chose la plus marquante pour moi dans la dernière année.  C’est grâce au z’album qu’on a été choisiEs pour participer aux Francouvertes et ça été les 25 minutes de show les plus décisifs de ma « carrière »*.  En fait, l’accueil qu’on a eu aux Francouvertes m’a retenu de laisser tomber la musique pour aller faire pousser des légumes loin, loin de Montréal.  C’est encore une option à laquelle j’aime penser, mais j’ai envie de faire encore une couple d’album avant. on a d’ailleur commencéEs a  faire les plans du prochain. Faut pas s’énerver, c’est un loooong processus, mais la suite du z’album est en route.

La dernière année a été tout sauf reposante et pas que sur le plans musical. J’ai eu l’impression de vivre les septs travaux d’Asterix version émotions. Je pense que chaque année apporte son lots d’épreuves, mais la dernière année a été particulièrement éprouvante et pour beaucoup de mes amiEs aussi.  Des amies qui lisent les étoiles disent que c’était écrit dans le ciel; il y a je ne me souviens plus quel phénomème astrologique qui est venu foutre le bordel.  J’aime y croire.  J’aime croire que c’est écrit dans les étoiles.  J’aime penser que je n’ai qu’un control minimal sur la suite des choses.  C’est une idée absolument terrifiante aussi.

Je ne prévois pas beaucoup sortir pour le prochain mois.

Je vais jouer à Montréal le samedi 16 janvier à la coop Katacombes. Seule avec ma guitare pour rendre hommage à un bon ami que le ciel vient de reprendre.  Le but de la soirée est aussi de ramasser des sous pour couvrir les frais funéraires. Les détails sont ici.
J’ai écrit une chanson, je vais essayer de la chanter sans brailler.
Si vous avez quelques dollars d’extra et le désir de contribuer, il est possible de le faire en cliquant ici

Le 23 janvier, à Baie-St-Paul, c’est tous le band qui va jouer parmis une belle sélection de projets de la relève pour le Cabaret du Festif .  Les amies  ont touTEs dit que c’était vraiment trippant de jouer là-bas. On a ben hâte !

On a m’a dit que 2016 serait l’année de la baise
Je nous le souhaite collectivement.

Bon début de fin d’hiver !
xx

*Je pense que je met « carrière » entre guillemets parce que je n’assume ni le mot ni le concept.